PRIX HÉRITAGE

Créé en 1987, et d’abord connu sous le nom de « Méritas », le prix Héritage est un hommage rendu publiquement par Patrimoine Trois-Rivières à un intervenant dans le domaine du patrimoine. Il a pour but de souligner une contribution majeure et significative à la protection, la conservation ou la mise en valeur du patrimoine trifluvien. Les interventions dans le domaine du patrimoine bâti retiennent habituellement l’attention.

Pour être l’objet d’une mise en candidature, l’intervention doit être majeure et importante. De plus, elle doit avoir été réalisée ou achevée au cours de l’année civile, c’est-à-dire entre le 1er janvier et le 31 décembre. Dans le cas du patrimoine bâti, l’édifice considéré doit être de grandes dimensions. Il peut se situer où que ce soit dans la ville; cependant, les premiers quartiers seront privilégiés. Une nouvelle construction, qui tient compte de la trame dans laquelle elle s’insère, peut aussi être considérée.

Toute personne, physique ou morale (institution, organisme, entreprise, société), légalement constituée ou non, ou tout groupe d’individus qui intervient de façon remarquable dans le domaine du patrimoine peut être choisi comme candidat au prix Héritage.

Le jury examinera l’ensemble des candidatures reçues et les évaluera selon des critères spécifiques qui permettront de les classer équitablement.

Exemple dans le cas d’un édifice:

fonction du bâtiment (continuité),
choix des matériaux (harmonie avec le milieu),
fenestration et ouvertures (plan, régularité, symétrie),
traitement architectural (ornementation, décoration),
implantation au sol (continuité, orientation),
volumétrie (masse, hauteur).

Le prix Héritage est essentiellement un hommage public. Un certificat, qui concrétise cet hommage, est remis au lauréat et à chacun des finalistes.

Soulignons toutefois que le lauréat du prix Héritage devient automatiquement le candidat de la SCAP pour le Prix du patrimoine Benjamin-Sulte, l’un des Grands Prix culturels de Trois-Rivières.

Liste des récipiendaires

1987

Via Rail Canada inc. pour la restauration de la gare ferroviaire, rue Champflour, à Trois-Rivières.

1988

(non décerné)

1989

Jean Loiselle pour la rénovation d’un édifice commercial: l’édifice Loiselle, situé à l’angle des rues des Forges et Notre-Dame, à Trois-Rivières.

1990

(non décerné)

1991

Ginette Bourque pour la rénovation de l’édifice situé aux 135-137 rue Radisson, à Trois-Rivières.

1992

Ville de Trois-Rivières, pour la qualité de l’insertion d’un nouvel édifice dans le tissu urbain: le Stationnement Badeaux, situé rue Badeaux, à Trois-Rivières.

1993

Gestion Laval Lefebvre pour la qualité de l’insertion d’un nouvel édifice commercial dans le tissu urbain: l’édifice Laval-Lefebvre, situé au 160, rue des Forges, à Trois-Rivières.

1994

Les Filles de Jésus pour une contribution à l’animation du patrimoine: accès à la chapelle Kermaria et au centre d’archives, et mise sur pied d’un musée.

1995

Jean Loiselle pour la restauration d’une maison ancienne située au 836, rue des Ursulines, angle Saint-François-Xavier, à Trois-Rivières.

1996

Gilles Provencher pour la qualité de l’insertion d’un nouvel édifice dans le tissu urbain, situé aux 701-705, rue Laviolette, à Trois-Rivières.

1997

Ville de Trois-Rivières pour la restauration d’un monument:la porte Pacifique-Duplessis, à Trois-Rivières.

1998

Richard Bouchard pour la conservation de l’ancienne station de pompage de Trois-Rivières et sa conversion en résidence  (105, rue Saint-Maurice, à Trois-Rivières).

1999

Gilles Jutras pour la rénovation d’un édifice commercial (boutique Cou d’Œil) situé au 343, rue des Forges, à Trois-Rivières.

2000

(non décerné)

2001

Via Rail Canada inc. et M.R.C. de Francheville pour la rénovation, la mise en valeur et l’accessibilité de l’ancienne gare ferroviaire, rue Champflour, à Trois-Rivières.

2002

(non décerné)

2003

Roger Lavallée pour la qualité de la restauration de l’ancien édifice commercial Napoléon-Adam Gélinas, situé au 1517, rue Notre-Dame, angle Saint-Antoine, à Trois-Rivières.

2004

Ville de Trois-Rivières pour la citation de l’édifice Lampron situé à l’angle des rues Sainte-Marguerite et Sainte-Marie (aujourd’hui: rue Bellefeuille), à Trois-Rivières.

2005

Normand Séguin et René Hardy pour la publication de l’ouvrage Histoire de la Mauricie (Institut québécois de recherche sur la culture, coll. “Les régions du Québec”, no 17, 2004, 1138 pages).

2006

(non décerné)

2007

Paroisse Sainte-Marie-Madeleine pour le recyclage de l’ancien charnier du cimetière Saint-Marie-Madeleine en columbarium.

2008-2014

(non décerné)

Contactez-nous

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search